T

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Jeunes

Boris, pensionnaire

Je suis arrivé chez les Frères franciscains de façon bien improvisée. J’ai envoyé un courriel et le jour suivant, on m’a invité à souper. Je cherchais un endroit où vivre ma foi sans retenue et pouvoir en parler sans gêne. J’ai d’abord vue une communauté organisée selon un modèle précis. J’ai eu un peu peur de ce qui s’y trouvait : plus d’une quinzaine de gars qui vivent ensemble, quelle affaire ! Comment faire pour garder l’harmonie là-dedans ? Pourtant, j’ai trouvé ici, des gens accueillants et généreux, des gens simples et humbles. La communauté strictement organisée s’était sous mes yeux transformée en une maison pleine de vie et de joie, où chacun vit également, pas à cause des lois, mais à cause du respect mutuel et de l’amour que cette vie fraternelle entraîne. Ici, même si on envie de rester seul dans son coin et de ne parler à personne, bien sûr on le peut, mais ça ne durera pas longtemps. Toujours on croisera un comparse prêt à nous souhaiter un chaleureux bonjour, nous proposer un café ou s’intéresser à notre journée. « Comment ça va ? Comment s’est passé ta journée ? Tu veux entendre l’histoire du petit chaperon rouge ? Wouahaha ! » Maintenant, je ne pense plus à mes nouveaux amis comme un groupe au sein duquel je dois m’intégrer, ou comme des gens bien différents de moi. C’est certain, rien n’est parfait ici-bas, mais j’ai trouvé ici, pas seulement des chrétiens, j’ai trouvé des frères, une seconde famille et une maison. Ce n’est pas grand-chose, la maison est modeste, mais c’est chez moi, c’est chez nous.

Boris

 

Michaël, pensionnaire

Bonjour à tous,

La joie fraternelle est un don de Dieu qui dépend de tous et chacun. Si chacun fait l'effort d'aimer, il peut se passer de très belles choses. L'inverse est aussi vrai. C'est pourquoi la vie fraternelle est en perpétuelle évolution. Elle a ses croix et ses joies. Une bonne vie fraternelle peut sauver des personnes. Elle peut même être un bouclier contre l'esprit du monde. La vie chez les Franciscains de l'Emmanuel illustre cela. Les Frères nous offrent un lieu pour partager notre foi et aimer tous et chacun dans la vie quotidienne et par diverses activités. C’est un bon lieu de croissance humaine pour apprendre à devenir un chrétien dans notre société d’aujourd’hui. Les Frères nous offrent plusieurs activités. Personnellement, je trouve cela une belle façon de vivre pendant les études. La solitude me tuerait si je n’avais pas ce lieu de vie. Le top du top est la chapelle ! Jésus, pleinement présent et en vie est là, entre la salle à dîner et l’étage des pensionnaires ! 24h/24, 7 jours/7 !

Que Dieu vous bénisse et vous comble !

Michaël

 

Stanislas, pensionnaire

Les Franciscains de l'Emmanuel m'ont ouvert leur porte il y deux mois, avec chaleur et bienveillance. J'ai trouvé chez eux le réconfort et la lumière dont j'avais besoin en chemin : un lieu calme, propice au recueillement et à la prière, animé d'un profond esprit fraternel. La vie avec les Frères m'a poussé à toujours mieux servir mon prochain, accueillir Dieu dans ma vie chaque jour davantage et m'abandonner à lui pour le laisser guider mes pas. Leur engagement exemplaire auprès des pauvres et des jeunes nous invite tous à témoigner du message de Jésus et de l'unité sacrée qui nous réunit.

Je rends grâce au Seigneur de les avoir placés sur ma route.

Stanislas

 

Phillipe, pensionnaire

La maison des Franciscains de l’Emmanuel est une maison d’amour, citadelle pour tous les artisans de paix. C’est irrésistible que le désir de Dieu n’enfle en nous si l’on cohabite avec la joie et la prière. Dieu lui-même est présence dans la chapelle des Frères et c’est, je crois, l’auteur premier de cette grâce visible. Il est certain que cet esprit ne demeurerait pas sans la prière communautaire puisque nous portons des différences.

Personnellement, vivre dans un tel endroit me donne un support autant spirituel que moral, lequel je n’aurais pas cru possible dans un quelconque appartement... et je puis rire à souhait !

Phillipe

 

Dominique, pensionnaire

Mon nom est Dominique. Je tiens à vous partager mon expérience au sein de la Fraternité des Franciscains depuis mon arrivée en août 2009. J'ai fait la rencontre des Franciscains de l'Emmanuel par l'entremise d'un ami qui n'avait que de bons mots à leur égard. Tout d’abord, j'ai été touché par la beauté des vêpres de la Résurrection que chantaient les franciscains. En tant que participant à un groupe de jeune dans le diocèse de Valleyfield, nous avions adopté cette liturgie pour quelques-uns de nos temps de prières. Par la suite, lors de l'une de nos rencontres, j'ai été très impressionné par la qualité de prédicateur du frère Denis-Antoine. Jusqu'au jour où j'ai pu faire la rencontre personnel avec la communauté, je n'avais qu'une idée vague de qui ils étaient.

À mon arrivé au sein de la Fraternité, j'ai été séduit par le respect et l'entraide qui animent le coeur de chacun des habitants de la maison. Cette ambiance témoignait de la volonté de chacun d'être un signe visible du Christ pour leurs frères. Je ne pouvais demander mieux, moi qui en était à rechercher la volonté de Dieu dans ma vie. Étant en quête de réorientation professionnelle, je trouvais maintenant un lieu propice à l'épanouissement de la grâce qui me motivait davantage à prendre mes responsabilités.

J'ai aussi redécouvert les bienfaits de la prière en famille. Le fait de pouvoir prier ensemble crée une dynamique de communion. Elle me permet de m'oublier moi-même et d'aller vers les autres. Je ne m'apitoie pas sur mon sort comme si j'étais le seul à souffrir, mais je m'ouvre davantage à la souffrance des autres. J'apprends aussi à ne pas chercher à avoir toujours le dernier mot car il est difficile pour une famille multiculturelle comme la nôtre de partager toutes les mêmes opinions. Les frères franciscains sont pour moi un exemple de sainteté de par leur charité et leur dévouement au travail et à la prière.

En conclusion, cette expérience me permet de solidifier mes fondations pour m'ériger en tant qu'homme mature. Je suis désormais capable de mieux discerner la volonté de Dieu dans ma vie. Merci aux franciscains d'être pour moi de si bons instruments de la Divine Providence.

Merci Seigneur pour tant de bonté ! Alléluia !

Dominique