Les fruits de l’oraison

Saint Bonaventure

« Si vous voulez souffrir avec patience les adversités et les misères de cette vie, soyez homme d’oraison. Si vous voulez acquérir la vertu et la force pour vaincre les tentations de l’ennemi, soyez homme d’oraison. Si vous voulez faire mourir votre volonté propre avec toutes ses affections et ses désirs, soyez homme d’oraison ; si vous voulez connaître les ruses de Satan et vous défendre de ses pièges, soyez homme d’oraison ; si vous voulez vivre, l’allégresse dans le cœur, et marcher avec suavité dans le chemin de la pénitence et du sacrifice, soyez homme d’oraison. Si vous voulez chasser de votre âme les mouches importunes des vaines pensées et des vains soucis, soyez homme d’oraison ; si vous voulez nourrir votre âme de la sève de la dévotion, et l’avoir toujours remplie de saintes pensées et de bons désirs, soyez homme d’oraison. Si vous voulez corroborer et affermir votre cœur dans la voie de Dieu, soyez homme d’oraison. Enfin, si vous voulez déraciner de votre âme tous les vices et planter à leur place les vertus, soyez homme d’oraison, parce que c’est dans ce saint exercice que l’on reçoit l’onction et la grâce de l’Esprit-Saint, laquelle enseigne, toutes choses. De plus, si vous voulez monter à la cime de la contemplation et jouir des doux embrassements de l’Époux, exercez-vous à l’oraison, car elle est le chemin par où l’âme s’élève à la contemplation et au goût des choses célestes. Voyez-vous maintenant combien est grande la vertu et la puissance de l’oraison ? En preuve de tout ce qui vient d’être dit, sans parler du témoignage des divines Écritures, il suffit pour le moment de citer ce que nous avons vu et entendu, et ce que nous voyons chaque jour : des personnes simples, en grand nombre, ont obtenu tous les biens que je viens d’énumérer et d’autres encore plus relevés ; par quel moyen ? Par l’oraison. »

Saint Pierre d’Alcantara

Où trouver, je le demande, un plus grand trésor que l’oraison ? Où rencontrer une mine plus riche et plus féconde ? Écoutez encore ce que dit un autre docteur très religieux et très saint, en traitant le même sujet :« Dans l’oraison, l’âme se purifie du péché, la charité se nourrit, la foi s’enracine, l’espérance se fortifie, l’esprit jubile, l’âme se fond de tendresse, le cœur s’épure, la vérité se découvre, la tentation est vaincue, la tristesse s’enfuit, les sens se renouvellent, la tiédeur disparaît, la rouille des vices est consumée ; de ce commerce naissent aussi de vives étincelles, des désirs ardents du ciel, et parmi ces étincelles brûle la flamme du divin amour. » Elles sont grandes, il faut en convenir, les excellences de l’oraison, ils sont admirables ses privilèges ! À elle les cieux s’ouvrent, à elle se révèlent les secrets, à sa voix l’oreille de Dieu est toujours attentive. Je n’en dis pas davantage. Ceci suffit pour que l’on ait une idée du fruit de ce saint exercice.

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/alcantara/table.htm